English Version Below.

A l’occasion du passage fracassant de Maelstrom au Rafiot Club (Strasbourg), le samedi 24 Mars, dans le cadre du SpringRoll Festival, WTFRU a tenté une approche risquée dans un coin fumeur pour obtenir une interview (par mail), et Maelstrom a eu la très grande gentillesse d’y répondre en long et en large.

Après avoir explosé la péniche du Rafiot, grâce à un set alliant du Oui’Wack, Gesaffelstein, TWR 72 ou encore du Noob remixé par lui même et une pêche incroyable derrière les platines, il répond donc à nos quelques questions pour vous aider à en savoir un peu plus sur lui, ses goûts et ses projets.

WTFRU : Salut Maelstrom, si tu devais te présenter à ceux qui ont le malheur de ne pas te connaître, en une phrase assez longue, elle serait comment ?

Maelstrom : Je suis producteur et DJ, Je vis à Nantes, je voyage beaucoup, et je viens de sortir plusieurs maxis sur BNR TRAX, Sound Pellegrino, et Dirtybird

WTFRU : Comment définirais tu ton style ? Quelles sont tes influences ? Qu’est ce qui t’a fait vibrer en ce début 2012, et pour ce qu’il reste de cette belle année, cela va se passer comment selon toi ?

Maelstrom : Pour ce qui est de mes influences, elles sont très nombreuses, depuis la techno de Derrick May et Juan Atkins, jusqu’à la bass music anglaise de Ramadanman ou Roska en passant par la Miami bass et le son club de Baltimore. Le plus souvent j’ai tendance à définir mon travail comme de la ‘bass music’ avec une esthétique techno, mais de temps en temps ça peut aussi être l’inverse.

2011 et le début de cette année ont été super excitant pour la musique de club, il y aurait de quoi en faire une liste de plusieurs pages, mais je pense par exemple à Nina Kraviz, La compil’ Hatched sur Dirtybird (d’ailleurs j’attends avec impatience l’album de Justin Martin qui ne saurait tarder), le track de Pipes sur le dernier Bromance, toutes les releases de Bodikka, la collaboration de Bok Bok et Tom Trago pour les crossover series Sound Pellegrino

 Aucune idée de la façon dont la musique va évoluer dans les prochains mois, je dirais que l’utilisation de la voix est de plus en plus présente, et pose de moins en moins de problèmes en clubs, je pense que cette tendance va se confirmer mais pour ce qui est du reste, c’est le mystère, et tant mieux !

WTFRU : Y’a t’il un style musical (indie rock…) que tu écoutes et qui se trouve à l’opposé de ton propre style musical? Y’a t’il des chansons que tu écoutes en secret par peur de te faire charrier par tes amis ?

Maelstrom : Chez moi j’écoute toutes sortes de styles différents, mais le truc que j’écoute le plus et qui est le plus éloigné de mon travail, c’est le jazz, surtout du Bop et toute la scène ‘west coast’ des années 50, je suis aussi un gros fan de soul et de rythm’n blues (Stax, Mo’town, etc)

WTFRU : On a pu voir que le format LP commence à prendre de l’ampleur (Surkin, L-Vis 1990, ZZT..) en 2011, possèdes tu une quelconque attirance pour ce type de format ? Un album de Maelstrom verra t’il la lumière du jour bientôt ?

Maelstrom : Je n’ai ni attirance ni répulsion pour un format en particulier, il y a de bons et de mauvais LP comme de bons et de mauvais EP. J’aimerais beaucoup m’essayer à un long format mais ce ne sera pas pour tout de suite.

WTFRU : Comment s’est passée la collaboration avec Sound Pellegrino, on connait ce label comme celui où les artistes peuvent proposer un contenu plus frais, un peu différent ? Si tu avais l’occasion, un jour, de faire un E.P. sous le concept Crossover series de Sound Pellegrino, avec qui aimerais tu le faire ?



Maelstrom : Ca s’est hyper bien passé, évidemment ! En fait on a commencé à échanger avec Tekilatex et Orgasmic au moment de la sortie d’un de mes tracks sur Dirtybird, ils l’ont joué dans le podcast, je leur en ai envoyé mes productions, et ils m’ont rapidement proposé de sortir un maxi sur le label. Pour moi c’est un des labels les plus importants en France, tant au niveau de leurs choix musicaux qu’esthétiques. Si j’avais le choix pour un crossover, ce serait Clark (Warp records)

WTFRU : Quel est ton avis sur le « plagiat » (comprendre reprise identique de mélodies ou sonorités) ? Quelle est la limite selon toi entre un « bon sample » et une copie (intentionnelle ou non) quasi-conforme qui peut causer « la perte » d’un artiste?

Maelstrom : La question du plagiat et celles du sampling sont deux choses très différentes, pour moi le sampling est une des racines de la musique électronique, sans samplers, pas de hip hop, pas de house, pas de drum’n bass. La création c’est la capacité de ré-utiliser des formes esthétiques pré-existantes et de les remettre en contexte, de leur apporter quelque chose de neuf, de les transformer. Il y a des milliers de très bons exemples de ‘creative sampling’, et c’est dans cet esprit là que j’utilise les samples avec lesquels je travaille.

WTFRU : Une anecdote d’un set qui te marquera à vie ? On aurait bien aimé te faire rêver samedi soir au rafiot, mais on n’a pas pu savoir avant si quelqu’un avait déjà fait quelque chose de complétement fou devant tes yeux !

Maelstrom : Une descente de la mafia locale avec armes et voitures noires au milieu du dancefloor dans un hangar à Turin, suivie quelques minutes après par les carabinieri en uniforme. Un grand moment de solitude.

WTFRU : Quels sont tes projets pour 2012 en terme de sorties/remixes/Dj set à moyen ou long terme ?

Maelstrom : Prochainement il y a un 4 titres sur Zone, le label de The Hacker et Gesaffelstein (fin avril) et des dates un peu partout en France et en Europe, notamment le Nest à Londres avec Gesaffelstein, le magazine Club à Lille avec la thermal Team, et le Sound Pellegrino festival au social club. On est aussi en train de préparer une tournée en Asie.

WTFRU : Tu aurais pas quelques conseils pour quelques-uns de nos lecteurs qui cherchent à devenir des Djs de talents ? Un petit nom de scène à filer peut être ?

Maelstrom : Aujourd’hui c’est impossible de percer en tant que DJ si tu ne produis pas, donc la première chose à faire c’est de s’enfermer dans une pièce sombre avec un ordinateur, ou des machines, et une bonne paire d’enceintes de monitoring, et de beaucoup, beaucoup, beaucoup travailler.

WTFRU : Quand considéreras tu que tu es arrivé au stade de la consécration ultime ?

Maelstrom : J’espère que ce ne sera jamais le cas 

WTFRU : Un adjectif pour la fin ? Tu as tout à fait le droit de m’insulter ou de dire du bien de qui tu veux, et même de me poser une question à laquelle je répondrais bien évidemment 🙂

Maelstrom : Merci ! J’ai passé un super bon moment à Strasbourg et j’ai hâte de revenir

 

Merci encore à Maelstrom d’avoir pris le temps de répondre à nos quelques questions, on lui souhaite le meilleur pour la suite !

N’oubliez pas :

http://soundcloud.com/maelstrom

http://www.facebook.com/maelstrom.fr

@le_maelstrom on Twitter

_____________________________________________________________________________________________

At the occasion of the sensational passage of Maelstrom in the Rafiot Club (Strasbourg), on Saturday 24th March, within the framework of the SpringRoll Festival, WTFRU attempted a risky approach in a smoking area to obtain an interview (by email), and Maelstrom had the great kindness to answer it in great detail.

Following his high performance which exploded the barge of the Rafiot Club, thanks to a Dj Set combining some Oui’Wack, Gesaffelstein, TWR 72 or also Noob remixed by himself and a peak form behind the turntables, he thus answers at our questions to help you to know a little bit more about him, his tastes and his projects.

WTFRU: Hello Maelstrom, if you had to present yourself to people who got the misfortune to do not know you, in a quite long sentence, how will it be?

Maelstrom: I am a producer and a DJ, I live in Nantes, I travel a lot, and I just released several E.P/Maxis. on BNR TRAX, Sound Pellegrino and Dirtybird.

WTFRU: How could you define your style? What are your influences? What made you vibrate in this beginning of 2012, and for what remains of this beautiful year, how things will happen according to you?

Maelstrom: Concerning my influences, they are very numerous, from the techno of Derrick May and Juan Atkins, to English Bass music of Ramadanman or Roska, passing by Miami Bass and Club Sound of Baltimore. Most of the time, I tend to define my work as « Bass Music » with a techno aesthetic, but occasionally it could also be the reverse.

2011 and the beginning of this year had been very exiting for club music, there could be enough to make a list of several pages, but I think for instance at Nina Kraviz. The compilation Hatched on Dirtybird (Besides I wait impatiently Justin Martin‘s album which won’t take long to come), Pipes‘ track on the last Bromance, all the releases of Bodikka, the collaboration between Bok Bok and Tom Trago for the crossover series of Sound Pellegrino

No ideas of how music is going to evolve in the next months, I would say that the use of the voice is increasingly present, and pose less and less a problem in clubs. I think that this trend is going to be confirmed but for the rest, it’s a mystery, and the better it is.

WTFRU: Is there a musical style (Indie Rock…) that you listen and which is at the opposite of your own musical style? Are there some songs that you listen in secret fearing that your friends mock you?

Maelstrom: At home, I listen all kinds of different styles, but the thing that I listen the most and which is the most distant from my work, it’s Jazz, particularly Bop and « West coast » scene of the 50’s, I’m also a huge fan of Soul music and Rythm’n Blues (Srax, Mo’town…)

WTFRU: We could see that the LP (album) format begins to spread quite a lot (Surkin, L-vis 1990, ZZT…) in 2011; do you have any attraction for this type of format? Will an album of Maelstrom see the daylight soon?

Maelstrom: I’ve got neither attraction nor repulsion for a particular type of format, there are good and bad LP as there are some good and bad E.P. I would like a lot to try myself on a long format but it won’t be for right now.

WTFRU: How did the collaboration with Sound Pellegrino happen? Did it go well? We know this label like the one where artists could offer fresher contents, a bit different.

If you had the opportunity one day, to do an E.P., under the concept Crossover Series of Sound Pellegrino, with whom would you like to do it?

Maelstrom: It really went well, obviously! Actually we started to exchange with Tekilatex and Orgasmic, at the time of the release of one of my track on Dirtybird, they played it on their Podcast (Sound Pellegrino Podcast on iTunes). I sent them my productions, and they rapidly propose to me to release an E.P. on their label. For me, it’s one of the most important labels in France, both on the level of their musical choices and their aesthetic. If I had the choice for a crossover, it will be with Clark (Warp Records)

WTFRU: What is your opinion on the « plagiarism » (to be understood as identical copy of melodies or sonorities)? What is the limit according to you between a « good sample » and a copy (intentional or not) mirror imaged which could cause the lost of an artist?

Maelstrom: The question of plagiarism and the one of sampling are two things very different, for me sampling is one of the roots of electronic music, without samplers, no hip hop, no house music, no drum’n bass. The creation, it’s the capacity to re-use some already existing aesthetic shapes and to put them in the context, to bring them something new, to transform them. There are thousands of very good examples of « creative sampling », and it’s in this spirit that I use the samples I work with.

WTFRU: An anecdote of a DJ set that will mark you for life? We would have loved to make you dream on Saturday night in the Rafiot Club, but we hadn’t been able to know before if someone had done something totally crazy under your eyes 

Maelstrom: The descent of local mafia with weapons and black cars in the middle of the dance floor in a Hangar in Turin (Italy), followed some minutes after with the carabinieri in uniforms. A big moment of loneliness.

WTFRU: What are your projects for 2012 in terms of releases/remixes/Dj set in medium to long term?

Maelstrom: Shortly there will be 4 titles on Zone, the label of The Hacker and Gesaffelstein (end of April) and some dates across France and Europe, especially the Nest in London with Gesaffelstein, the Magazine Club in Lille with Sound Pellegrino Thermal Team, and the SP Festival in the Social Club. We are also preparing a tour in Asia.

WTFRU: Could you give some advices to some of our readers who are searching to become talented Djs? Maybe, A little stage name to give?

Maelstrom: Nowadays it’s impossible to become known as a DJ if you are not producing, thus the first thing to do is to lock yourself in a dark room with a computer, or some engines, and a good pair of speakers of monitoring, and to give, a lot of work.

WTFRU: When will you consider that you have reached the level of the ultimate recognition?

Maelstrom: I hope that it will never be the case 

WTFRU: An adjective for the end? You have completely the right to insult me or to tell good things about anybody, and even to ask me a question at which I will answer of course 🙂

Maelstrom: Thanks you! I really enjoyed my time in Strasbourg and I’m looking forward to come back

 

Thanks again to Maelstrom who took the time to answer our questions, we wish him all the best for what happens next!

Don’t forget :

http://soundcloud.com/maelstrom

http://www.facebook.com/maelstrom.fr

@le_maelstrom on Twitter