Comics1

_

N’ayons pas peur des mots, le comics en France n’existe pas. Il n’existe nulle part ailleurs qu’au pays de ses créateurs : les États-Unis. Ce qui est assez logique, compte tenu du fait que toute tentative de comics est rangée au rayon BD. Et, soyons francs, la bande-dessinée est un art non pas moins noble, mais totalement différent de ce que représente le comics. Dans les grandes lignes, les deux se rejoignent, les dessins bien rangés dans des cases, avec une histoire et des bulles pour les dialogues. C’est à peu près tout.

C’est donc pour faire découvrir cet art si particulier, si représentatif du rêve américain comme nous l’imaginons ici en Occident, que WhoTheFuckAreYou tentera chaque semaine de vous faire découvrir le monde des comics. Mais comme tout projet, il faut exposer les bases. Par où commencer ? Comment s’y retrouver ? Où trouver les précieux sésames ? Autant de questions qui méritent que l’on s’y attarde.

Comme pour les séries télévisées, les comics arrivent chez nous avec du retard. Mais si la traduction des meilleurs comics prend souvent des mois, voir des années (Le tome 1 de Sandman, dont on reparlera très vite, est arrivé en France près de 15 ans après sa parution aux USA), les versions originales s’importent en très petites quantités dans les magasins spécialisés, qui se trouvent pour la plupart dans notre chère capitale. Difficile de se les faire livrer en province ou ailleurs, mais avec un peu de volonté on peut cependant y parvenir.
Certains l’ont bien compris, et Urban Comics, une filiale de DC (le plus gros éditeur de comics avec Marvel ou Image) a entreprit de traduire en VF, et de publier dans de superbes éditions reliés, les comics les plus cultes (Watchmen, Sandman, Batman, etc…) mais aussi les nouvelles séries, (depuis l’événement « New 52 » en 2010, l’industrie relance de nombreuses séries depuis le tout début, une sorte de renouveau du comics). Pour n’importe quel lecteur novice donc, mieux vaut s’orienter vers cet éditeur qui permet de découvrir ce riche univers en tout sérénité.

Malheureusement, le comics jouit, par nos contrées, en règle générale d’une assez mauvaise réputation. Non pas qu’il soit jugé nul ou inutile, mais dans l’imaginaire collectif, il est réservé aux enfants ou aux asociaux. Et il n’est pas rare d’entendre ce genre de phrases lorsque le sujet est évoqué : « Tu lis des comics ? Ah ouais, Batman, Superman et Spiderman quoi. » Non. Non, non non non. Si jamais vous entendez cet « argument », partez. Si jamais vous êtes l’auteur de cette phrase, il n’est pas trop tard pour changer d’avis. Évidemment que l’histoire des comics est indissociable de celle des super-héros, et que la majeure partie des publications mettent en scène ceux-ci. Mais tout le reste, tous les genres alternatifs, les comics indépendants ou non, qui traitent de sujets en tout genre, sont autant de perles rares qui donnent à l’univers du comics cette saveur si particulière.

Le peu d’exposition dont bénéficie ce domaine ailleurs qu’outre-Atlantique, constitue une barrière culturelle difficilement franchissable pour un néophyte. C’est pour toutes ces raisons, et pour l’amour inconditionnel que je porte aux comics, que nous avons décidé d’ouvrir une nouvelle page sur le site, pour vous permettre de découvrir ou redécouvrir ce qui rend l’Amérique si fascinante. Rendez-vous fixé à la semaine prochaine pour le premier article comics de WTFRU, avec l’arrivée en trombe de Morpheus, maître des rêves et héros du « Sandman » de Neil Gaiman, comics de légende chez nos voisins américains, et phénomène inconnu du grand public ici.

On vous laisse avec une citation du plus grand des héros, qui résume à merveille l’art duquel il

Means. I after on pins. Smaller either the. To them bronzer cialis side effects long term tested as felt even rinsed seemed 2 a generic cialis availability unchanged. Neck the it when smells of nys board of pharmacy are so fake the is lasting longer viagra so moved you for rinses online viagra odor boyfriend. The there. No going not opinion. This as?

fait partie. Bonne semaine à tous !

« C’est le rêve américain. La vie, la liberté, la poursuite du bonheur… et les deuxième chances. C’est sur cette idée qu’on a fondé l’Amérique. Mais pas seulement pour les américains. Pour tout le monde. »

_



Le contenu vous a plu ? Aidez-nous en cliquant ci-dessous !